[Home]ExGeek

MeatballWiki | RecentChanges | Random Page | Indices | Categories

A pattern in the GeekCulture? is that, with the passage of years, many members of the culture develop coping mechanisms, social skills, and MeatSpace community connections. Therefore, they lose the sense of isolation that led them to join the GeekCulture? in the first place.

As a result, many of them leave the GeekCulture?. With the passage of years, the abrasive behavior of their peers, once part of the community's frontier-like charm, becomes tiresome. The novelty of the technology dissipates after years of software projects. When faced with the alternative of a romantic evening with a lover, participation in a MultiUserSharedHallucination seems rather less attractive.

There is a degree of inevitability to this, rather like the abandonment of the tricycle by a child old enough to ride a bicycle.

In contrast, healthy communities retain members for a period of decades, and develop more healthy (though in some cases stifling) cultural norms. More senior members make an effort to round off the "rough edges" of the youngest members, and in the best cases, encourage young people to harness their drive and enthusiasm while still respecting others.

In a sense the community motives are at issue. Organizations where people get paid endure as long as money continues to be made; in musical circles it is well understood that the small-time band that has ComposerPlanet:PayingGigs? stays together longer than bands that play mainly for their own enjoyment. Thus, much of the software development culture organizes around business -- making a parallel community, in a sense, to the GeekCulture?. But the highly transitory nature of the software business makes it hard for much enduring culture to develop, outside of the behemoth corporations whose names are household words.

So, whether maintaining a web site free for all visitors, contributing to an open source project, or editing the Wikipedia, volunteers all participate because of some sort of non-monetary remuneration they receive:

  1. Power
  2. Curiosity
  3. Pride in being able to display their work publicly
  4. Entertainment
  5. Sense of service to society

Most of these, other than service, are weak motives that are readily filled by non-Geek activities, especially as contributors grow older. Indeed, the most capable, stable, well-rounded individuals are not motivated at all by power or pride, and motivated only weakly by entertainment.

In StallmanVsFiddes, we see how inadvertently taking away the feeling of service to society destroyed the motives of one open source contributor.


I've realized that I've lost my ability to understand geek behaviour. In many critical respects, Meatball exists to get away from the worst parts of geek culture whilst keeping the best parts. Personally, I've been working very hard to grow past geekdom; I mean, recently I was slurred politician, and of course I am trying to become a politician, so I don't see how this could be an insult. Then again, I keep calling annoying net.people compscis as if they are missing a chromosome.

This may be a reason why I'm having such a hard time coping with people on the Internet these days, however, since I no longer think it's acceptable to just do stuff or to punk someone because to make some AntiAuthoritarian point or because it's funny. I take what people say too personally, since no one in my current social circle off the 'Net says to me the shit that I hear around here on a constant basis. I have come to think a lot of common net.behaviour is criminal as well (cf. WhatIsaStalker). This leads me to wonder if geeks are less emotionally vulnerable or stupid or, well, weird. Asperger's Syndrome is not that common. -- SunirShah

I think a lot of what passes for "typical geek behavior" is pretty much just what normal people would do online if they were in the same situation. You see what non-geeks do when they get online. They're even worse. -- BayleShanks

You can liken this to the difference between pedestrian behaviour and the change that occurs when those same pedestrians get behind the wheel of a car, or the leveling effect found in the Wild West when anyone packing a gun was as big as the next guy packing a gun. Billy the Kid was probably a geek with a gun. Give some people protection, anonymity, or power, and it doesn't always bring out their best qualities. -- MurrayAltheim

I think -- geek or not -- it all comes down to John Gabriel's Greater Internet Fuckwad Theory:

Normal Person + Anonymity + Audience = Fuckwad

cf. [Penny Arcade, "Green Blackboards (And Other Anomalies)"] --LeighHoneywell


It’s possible to have an emotional relationship with what you do for a living. -- NealStephenson, [interview] in Reason, February 2005

NealStephenson is amazing for many reasons, but perhaps the most relevant here is that his words speak widely, wildly, and deeply to the burgeoning 'geek' subculture in our society. His novels trumpet the geek ethic, the absorption of soul into our work, external to ourselves. His characters are experts in their fields, and through their work, they define themselves and achieve success in the world--the geek mythos in a nutshell.

I am, however, acutely aware of the failure of constructing an identity from work. When that work betrays you through failure not of your own doing, your sense of identity collapses. When the DotCom bubble burst, and number of other structuring elements of our society after 9/11, then it became irrelevant how good I was as a software developer since there was no outer framework to place myself in. Or rather, that framework rejected me for reasons outside of my control.

How many ExGeeks are simply people who for one reason or another have reconstructed their identity around themselves, TheIndividual, away from their work? The implied criticism in the Reason interview was that most literature speaks about the inner spirit of the characters, not their occupations. The characters define themselves, not their roles in society, or their occupations. This notion of Self is the central ideological spiritual theme in Modern society.

Thus, when love, life, family, religion come into a geek's life, it seems natural they will become an ExGeek, particularly since being focused on something outside one's self is so against the grain of our society, it's more rewarding to be 'normal'. -- SunirShah



Cette traduction en LangueFrançaise est en cours et reste à vérifier avec le contenu ci-dessus

1.1. fr

Une habitude dans la CultureGeek? est qu'au fil des ans, bon nombre de membres de cette culture développent des mécanismes de coopération, des talents sociaux et des connexions dans la communauté EspaceViande. Par conséquent, ils perdent le sens de l'isolation qui les menait initialement à rejoindre la CultureGeek?.

Le résultat fait que beaucoup d'entre eux quittent la CultureGeek?. Avec le passage des années et une fois rompu le charme qui faisait partie intégrante de la communauté, le comportement abrasif de leurs pairs devient ennuyeux. La nouveauté de la technologie se dissipe après des années de projets logiciel. Une fois confrontés à l'alternative d'une soirée romantique avec une amoureuse, la participation dans une HallucinationPartagéeMultiUtilisateurs? semble plutôt moins attractive.

Il y a un degré de caractère inéluctable à cela, plutôt comme l'abandon du tricycle par l'enfant suffisamment âgé prêt à enfourcher une bicyclette.

A l'inverse, les communautés saines retiennent leurs membres durant une période de plusieurs décennies et développent des normes culturelles plus saines (bien que certains cas soient étouffants). De plus en plus de membres séniors font un effort pour contourner les "bords anguleux" des membres les plus jeunes, et dans le meilleurs des cas, les membres savent encourager les jeunes gens à enfourcher leurs montures et à redonner de l'enthousiasme tout en respectant encore les autres.

Dans un sens, les motivations de la communauté sont en jeu. Les organisations où les personnes sont payées perdurent tant que l'argent continue à être produit ; dans les cercles musicaux il est bien compris que les groupes qui ont des ComposerPlanet:EngagementsMusiciens? restent ensemble plus longtemps que les groupes qui jouent essentiellement pour leurs propres distractions. De ce fait, une bonne partie de la culture du développement logiciel s'organise autour du business -- produisant dans un sens une communauté parallèle à la CultureGeek?. Mais la nature très transitoire du marché du logiciel rend difficile le fait qu'une culture pérenne se développe, en dehors des sociétés dont les noms sont des mots du foyer.

Ainsi, qu'il s'agisse de maintenir un site web libre pour tous les visiteurs, de contribuer sur un projet open source ou d'éditer la Wikipedia, les volontaires participent tous du fait d'une sorte de rémunération non-monétaire qu'ils perçoivent :

  1. Pouvoir
  2. Curiosité
  3. Fierté de pouvoir afficher publiquement leurs travaux
  4. Distraction
  5. Sens du service envers la société

La plupart de ces motivations, mis à part le service, sont des motivations faibles qui sont facilement servies par des activités de non-Geeks, tout spécialement au fur et à mesure que les contributeurs grandissent. Bien sûr, les individus les plus capables, stables et complets ne sont pas du tout motivés par le pouvoir ou la fierté, et motivés seulement mollement par la distraction.

Sur la page StallmanVsFiddes, nous voyons comment par inadvertance ce sentiment éloigné de service à la société a détruit les motivations d'un contributeur open source.


J'ai réalisé que j'ai perdu ma capacité à comprendre le comportement geek. A tous les égards, Meatball existe pour s'échapper des pires parties de la culture geek tout en en conservant les meilleurs aspects. Personnellement, j'ai travaillé très dur pour grandir au loin de la terre geek ; je veux dire par là que récemment j'ai été taxé de politicien, et bien sûr j'essaye de devenir un politicien, par conséquent je ne vois pas comment cela pourrait être une insulte. A nouveau encore, je continue à appeler les gens ennuyeux du 'net les comp.scis, comme s'ils leur manquaient un chromosome.

Ce peut être une raison pour laquelle j'ai eu tant de mal ces temps-ci à coopérer avec les personnes sur l'internet, néanmoins, depuis je ne pense plus que ce soit acceptable de juste faire des choses ou d'épingler quelqu'un pour produire quelque point AntiAutoritaire ou parce que c'est drôle. Je prends trop personnellement à coeur ce que les gens disent, parce que personne dans mon cercle social en dehors du 'Net ne me dit la merde que j'entends constamment ici et aux alentours. J'en suis venu à penser que beaucoup de comportements sur le net sont tout aussi bien criminels (cf. CestQuoiUnHarceleur). Ceci m'amène à me demander si les geeks sont moins vulnérables sur le plan émotionnel ou stupides, ou alors étranges. Le syndrôme d'Asperger n'est pas si commun. -- SunirShah

Je pense que beaucoup de ce qui se passe pour le "comportement geek typique" est simplement bien plus que ce que les gens normaux feraient en ligne s'ils étaient dans la même situation. Vous voyez ce que font les non-geeks quand ils sont en-ligne. Ils sont même pires. -- BayleShanks

Vous pouvez comparer cela à la différence entre le comportement piéton et le changement qui survient quand ces mêmes piétons se retrouvent derrière le volant d'une automobile, ou l'effet trouvé dans l'Ouest Sauvage quand tout le monde portant un pistolet se sentait aussi puissant que celui d'à côté portant un pistolet. Billy the Kid était probablement un geek avec un pistolet. Offrez à quelques personnes de la protection, de l'anonymat ou du pouvoir et cela ne mettra pas toujours en exergue leurs meilleures qualités. -- MurrayAltheim

Je pense -- geek ou non -- que tout cela descend de la Théorie du Fuckwad Internet de John Gabriel :

Personne Normale + Anonymat + Public = Tas de merde

cf. [Penny Arcade, "Green Blackboards (Et Autres Anomalies)"] --LeighHoneywell


Il est possible d'avoir une relation émotionnelle avec ce que vous faites durant une vie. -- NealStephenson, [interview] in Reason, February 2005

NealStephenson est fascinant pour maintes raisons, mais peut-être que la plus pertinente ici est que ses mots parlent largement, sauvagement et profondément à la sous-culture 'geek' bourgeonnante dans notre société. Ses romans trompètent l'éthique geek, l'absorption de l'âme dans notre travail, extérieure à nous-mêmes. Ses personnages sont des experts dans leurs secteurs, et à travers leurs travaux, il se définissent eux mêmes et parviennent au succès dans le monde -- le mythe geek en résumé.

Je suis néanmoins excessivement conscient de l'échec de construire une identité à partir du travail. Quand ce travail vous trahit à travers l'échec de ce qui ne relève pas de votre propre ouvrage, votre sens de l'identité s'effondre. Quand la bulle DotCom a éclaté et nombre d'autres éléments structurants de notre société après le 11/9, alors il est devenu hors de propos comment j'étais en tant que développeur logiciel parce qu'il n'y avait pas de cadre extérieur pour me placer moi-même dedans. Ou plutôt, ce cadre m'avait rejeté pour des raisons qui étaient hors de mon contrôle.

Combien d'ExGeeks sont simplement des personnes qui pour une raison ou une autre ont reconstruit leur identité autour d'eux-mêmes, LeIndividu, loin de leurs travaux ? La critique implicite dans l'entretien Raison était que la plupart de la littérature parle de l'esprit intérieur des personnages, pas de leurs occupations. Les personnages se définissent eux-mêmes, pas par leurs rôles dans la société ou par leurs occupations. Cette notion de Soi est le thème central idéologique dans la Société Moderne.

Par conséquent, quand l'amour, la vie, la famille, la religion entrent dans la vie d'un geek, il semble naturel qu'il devienne un ExGeek, particulièrement depuis que le fait d'être concentré sur quelque chose en dehors du soi va tellement contre le grain de notre société, il est plus gratifiant d'être 'normal'. -- SunirShah


Discussion

MeatballWiki | RecentChanges | Random Page | Indices | Categories
Edit text of this page | View other revisions | Search MetaWiki
Search: